Radio Caravane fait son festival en Avignon – Reportage


Trois heureux chanceux de l’équipe Radio Caravane 2013 ont eu l’occasion d’aller au festival d’Avignon cette année, grâce au partenariat entre la Mission Locale et l’école de la deuxième chance de Toulouse. Guillaume, Sharon et Sarah sont partis mardi 9 juillet tôt le matin, de Toulouse pour quelques jours mémorables, un séjour sous les signes des rencontres, de l’échange, et du théâtre. 

campus lycée girard

© Radio Caravane

En ce premier jour, nous sommes arrivés en début d’après midi, au lieu où nous allons être hébergé. Nous logeons donc à l’internat du lycée Philippe de Girard à Avignon, internat qui fait office d’une sorte de camp de vacances où une partie du campus a été réaménagé pour l’occasion. Nous sommes plus d’une centaine de jeunes venus de Toulouse ou de la région Lilloise. Les animateurs nous ont accueillis très chaleureusement.

affiches festival

© Radio Caravane

Divers ateliers liés au monde du théâtre et de l’art nous seront proposés durant ces quelques jours, peinture, photographie, mises en situations théâtrales, etc…

En ce mardi soir, nous partons en ballade à Avignon intramuros pour une visite de la ville. Une fois passés les remparts, nous nous rendons compte de l’ampleur que prend le festival. Des affiches de partout et par milliers, des artistes à chaque coin de rue et de bar. L’ambiance est bon enfant et le cadre bien agréable. Nous avons pu discuter avec divers festivaliers venant du monde entier !
Minuit passé, il est temps de retourner sur le campus et de se reposer. Le programme du lendemain risque d’être chargé.

Mercredi 10 juillet, deuxième journée en Avignon. Comme chaque matin et pour toute la durée du séjour, des ateliers sont proposés. Nous nous repartissons donc en plusieurs groupes afin de participer aux divers ateliers. L’après-midi est libre, nous retournons donc dans les rues d’Avignon afin d’approfondir notre visite de la ville et de profiter au mieux du festival.

Jeudi 11 juillet, jour 3 sous le soleil de l’été qui tape fort. La crème solaire est de rigueur. Au programme, toujours des ateliers, une après-midi de libre à se dorer au soleil sur la pelouse du campus. Le soir, nous allons voir la représentation du spectacle Place du marché 76.

Place du Marché 76

© Needcompany

Place du Marché 76 commence sur une tragédie : un an auparavant une explosion sur la place du village avait fait 24 victimes et aujourd’hui toute la communauté est en deuil. Alors que Jan Lauwers, créateur de la pièce, est le narrateur de cette sombre histoire, Needcompany chante et danse sur les sujets polémiques abordés dans cette œuvre. Sur cette place, lieu central de la vie du village, bien des choses se passent et bien évidemment toute la communauté est concernée.
Au fil des saisons, on nous parle de suicide, d’inceste, d’enlèvement, de pédophilie, de prostitution, mais on découvre aussi sous une toute nouvelle forme l’amour, la joie et le bonheur. Tantôt avec sérieux, tantôt avec légèreté, ce groupe de villageois nous montre comment survivre et cohabiter dans une société qui prône l’individualisme et où les étrangers sont marginalisés. Et malgré tous les malheurs qu’ont pu subir les habitants, ils réussissent quand même à s’en remettre grâce à la naissance d’un nouveau-né qui leur permet de se réconcilier avec eux-mêmes et avec leur passé.
Ce spectacle, mélangeant français et anglais (toujours sous-titré), en séduira plus d’un avec ses tableaux vivants riches en émotions et en couleurs.

Vendredi 12 juillet, jour 4. Nous sommes invités à voir le spectacle Les particules élémentaires, adaptée du roman du même nom de Michel Houellebecq .

particuleselementaires salle vedene

Les Particules élémentaires © Christophe Raynaud de Lage / Festival d’Avignon

Une pièce mise en scène par Julien Gosselin, et jouée par des jeunes gens de talents, tous ayant moins de 30 ans.
Une vision de notre présent, vu par notre futur, ou comment décrypter l’humain d’aujourd’hui dans 50, 60 ans, qui n’existera plus et sera remplacé tout simplement, par des clones. Une oeuvre très dense et ambitieuse, qui mêle fiction, poésie, et théorie, le tout entre narration, lyrisme et philosophie. Les Particules élémentaires suit le parcours de deux frères, Bruno et Michel, un professeur de littérature obsédé par le sexe et un savant cherchant à faire de l’humanité une « espèce appa – rentée, reproductible par clonage et immortelle ». Moraliste placide, Michel Houellebecq décrit, dans un même mouvement, la misère affective et sexuelle contemporaine et les conséquences anthropologiques possibles de la déconnexion croissante entre sexualité et reproduction. Sur le plateau, sa langue, tranchante mais non dépourvue d’humour, circule à travers les corps de dix acteurs, à la fois narrateurs et personnages, éclairant singulièrement le texte de leur jeunesse. Sans plus d’attributs, ils projettent cette langue dans notre direction, lui donnent quelques volumes inattendus en musique et créent l’image d’une communauté sur le fil, entre le réel et le papier. Sont-ils les enfants des hommes et des femmes dépeints par Les Particules élémentaires ? Leurs épigones ? Ou bien des créatures imprévues qui se seraient échappées d’un laboratoire de génétique ? Dix figures, en tout cas, face auxquelles nous pouvons aujourd’hui (ré)examiner toute la pertinence de la vision houellebecquienne de l’humanité.

animateurs

© Radio Caravane

Samedi 13 juillet, dernier jour, ou plutôt dernière matinée. C’est avec démotivation que nous nous levons, sachant qu’il va nous falloir partir. Mais nous garderons en tête de nombreux souvenirs, nos yeux en brillent encore. De sympathiques nouvelles rencontres avec les autres jeunes et les animateurs. Nous quittons le soleil d’Avignon en début d’après-midi pour retrouver la pluie et le gris de Toulouse qui nous accueille en début de soirée. Ce fût quelques jours plaisants. Nous remercions bien évidemment la Mission Locale, l’école de la deuxième chance de Toulouse , les animateurs qui nous ont accueilli et qui ont été d’une extrême gentillesse, et les artistes dont l’ouverture d’esprit n’est plus à démontrer. Merci à tous, Radio Caravane reviendra au festival d’Avignon !

L’équipe survivante de Radio Caravane

 

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *